AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionSiteBoutique

Partagez | 
 

 Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Mar 8 Juin 2010 - 15:23

L'ère Azuchi-momoyama est une époque courte mais intense, durant laquelle le Japon est secoué par de gigantesques guerres civiles, et est unifié trois fois (dont une définitivement, ouvrant l'ère Edo). Alors que de puissants seigneurs de guerre luttent pour la domination de l'archipel, trois personnages émergent, les trois grands unificateurs : Oda Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi, et enfin Tokugawa Ieyasu.

Carte du japon en 1582 :
Spoiler:
 

Les pincipaux Daimyos (seigneurs) du nord :


Du sud et de l'ouest:


Dernière édition par Louis le Roy le Jeu 17 Juin 2010 - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Mar 8 Juin 2010 - 16:08

IL faut que tu m'eclair, tu dis que cette periode ce nome l'ère Azuchi-momoyama. Dans ce cas, qu'est ce que l'ère Sengoku-Jidaï ?

Merci d'avance
Saeltek =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Mar 8 Juin 2010 - 16:28

Le moment Nobunaga : 1570-1582

Oda nobunaga émerge en 1560 lorsqu'avec 2500 hommes (il n'est qu'un seigneur médiocre), il bat le grand Iamagawa Yoshimoto et ses 35 000 hommes alors qu'ils marchaient sur Kyoto pour renverser le Bafuku (il s'infiltre dans le camp grâce à une tempête et tue Yoshimoto). Après ce premier exploit, Nobunaga s'allie avec le clan Tokugawa. Les clans Oda et Tokugawa marchent ainsi sur kyoto, écrasant plusieurs clans au passage et en 1568, Nobunaga installe un certain Ashikaga Yoshiaki comme shogun. Déterminé à ne pas être un fantoche, il monte en secret une alliance contre nobunaga. Mais les forces combinées de celui-ci et de Tokugawa Ieyasu l'emportent à la bataille d'Anegawa en 1570. En 1571, Nobunaga écrasé dans le sang une révolte bouddhiste, tuant hommes femmes, enfants. Mais un obstacle formidable va se dresser sur sa route.

En effet, au nord, le clan des takédas est dirigé par son brillant chef, Shingen. Celui-ci a livré une série de batailles contre son rival de toujours Uesugi Kenshin à kawanakajima entre 1553 et 1564, sans vainqueur décisif. En 1573, à la tête de ses 30 000 hommes, il bat une force combinée de Nobunaga et de Ieyasu à la bataille de de Mikitagahara et marche ensuite sur les forts ennemis. Mais il meurt dans des circonstances mystérieuses. Nobunaga reprend ainsi sa guerre en écrasant les clans Asakura et Azai. En 1574, in prend Nagashima. En 1575, il bat sérieusement les Takédas menés par Katsuyori fils de Shingen, grâce à ses arquebusiers. Il se lance ensuite dans de grandes conquêtes au nord, à l'est et au sud, tirant profit de ses excellents lieutenants Maeda, Shibata et surtout Toyotomi Hideyoshi, un simple homme du rang mais véritable génie militaire. Toutefois, Nobunaga bute alors devant Osaka et après Shinge, doit affronter son grand rival Uesugi Kenshin. A Tedorigawa, en 1577, Kenshin et ses 30 000 hommes battent les 40 000 de Nobunaga dans ce qui reste comme la plus grande défaite de ce dernier. Il parvient à rendre ses arquebusiers inefficaces en inondant un champs de bataille qu'il a lui-même choisit à proximité de digues. Mais la chance sourit à Nobunaga : comme Shingen avant lui, Kenshin meurt très rapidement. Alors, le clan oda reprend sa guerre. En 1580, Nobunaga anéanti définitivement le clan Takéda. En 1582, il a réunifé le Japon et est au fait de sa gloire. Mais, un de ses lieutenants Akechi Mitsuhide, monte un coup d'Etat contre lui. Alors que, négligent et confiant, Nobunaga loge avec quelques gardes du corps et servants seulement dans el temple de Honno-ji, il est encerclé et contraint au suicide par le félon.

Nobunaga était un général redoutable, mais tactiquement, il subit tout de même deux défaites sérieuses (contre Shingen et Kenshin), ainsi que quelques échecs lors de sièges. Mais il a réussit à conquérir le japon, et a organisé l'armée la plus moderne de celui-ci, doté de nombreux arquebusiers, et d'une artillerie encore rudimentaire. Il était réputé violent (une fois, il décapité lui-même un officier qui avait manqué de respect à une dame. Il décoré la table lors d'un diner avec les têtes d'ennemis qu'il avait lui-même décapité, avec une tête surmontée d'une feuille do'r pour chaque invité), n'hésitant pas à tuer femmes et enfants. En revanche, grand curieux ou admirateur de l'occident, il accueillit bien les chrétiens et se nomma protecteur des missionnaires catholiques (sans se convertir). Il est connu comme le premier japonais à avoir essayé des vêtements européens, et il collectionait des oeuvres d'art et des armures occidentales. Il était surnommé "celui devant qui tous tremblent."

Oda nobunaga :


dessiné par un jésuite:


la bataille de Nagashino:




Shingen Takeda:


Uesugi Kenshin avec son bandeau caractéristique:


Citation :
IL faut que tu m'eclair, tu dis que cette periode ce nome l'ère Azuchi-momoyama. Dans ce cas, qu'est ce que l'ère Sengoku-Jidaï ?

Merci d'avance
Saeltek =)

C'est celel qui précède juste l'ère ici étudiée (et en recouvre une partie), et se termine en 1590 avec la seconde reunification. L'ère azuchi-monoyama commence en 1570. Il y a donc deux périodes qui se chevauchent.


Dernière édition par Louis le Roy le Mar 8 Juin 2010 - 18:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Mar 8 Juin 2010 - 16:42

Le moment Toyotomi Hideyoshi

Toyotomi Hideyoshi, roturier et ancien servant de Nobunaga est l'un des plus grands chefs militaires de l'histoire du japon. Il a connu un destin exceptionnel, mais finit pourtant déçu et son oeuvre fut fragilisée par ses chimères après la seconde unification en 1590. Il s'est élevé au sein de l'armée du clan oda, participant activement aux batailles de Nobunaga et menant ses propres campagnes pour annexer des provinces. Il est d'ailleurs en campagne lorsqu'il apprend la mort de Nobunaga en 1582 et la trahison de Mitsuhide.

A peine onze jours, après son coup Mitsuhide est vaincu et tué par Toyotomi Hideyoshi, un fidèle général de Nobunaga, à la bataille de Yamakazi (1582). Celui-ci se retrouve donc en position d'héritier de son ancien chef. Supportant officiellement l'un des fils de Nobunaga, il devient en réalité le vrai chef des forces du clan oda, lui le roturier. Ne le supportant pas, de nombreux généraux du clan font grise mine. Shibata Katsuie mène le clan des supporters de Oda Nobutaka, mais il est battu par Hideyoshi et ses 50 000 hommes à la bataille de Shizugatake en 1583. En 1584, il affronte un autre fils de Nobunaga, et surtout Ieyasu aux batailles de Komaki et Nagatuke, qui ne voient pas de réel vainqueur. Néanmoins Ieyasu conclut une trêve avec Hideyoshi et accepte de le servir. En 1585, Hideyoshi est nommé régent. Les années suivantes, il soumet la province de Kii puis l'île de Shikoku, et commence à expulser des missionnaires chrétiens. En revanche, lui qui traite avec les portugais ne persécute pas les chrétiens japonais et n'a pas recours à la violence. En 1590, il remporte le siège d'Odawara, et a donc terminé la seconde unification du japon. Il règne alors à la tête du clan Hashiba, officiellement rebaptisé Toyotomi qui éclipse les Odas.

A partir de cette époque, Hideyoshi devient exclusivement un homme d'Etat. C'est lui qui dès les années 1580 a fait de la classe des Samourais une classe fermée, stable et héréditaire, et qui interdit aux paysans de posséder eux-mêmes des armes (en revanche on en donne aux recrues). Mais il reprend un projet fou de Nobunaga : conquérir la Chine (alors sous domination des Mings). Il se voit en effet comme un nouveau Gengis Khan et est persuadé de sa force. Il sous-estime grandement la Chine qui dispose de nombreux atouts : une artillerie très supérieure, une armée beaucoup plus nombreuse, un système d'alliance efficace etc. Surtout, contrairement au XVIIe s suivant, reste alors un pays stable (alors qu'elle sombre dans le tumulte des révoltes et guerres civiles dès le début du siècle suivant), et sûr : la grande muraille parvient à repousser efficacement tous les assauts manchous au nord. De plus, Hideyoshi comptait obtenir le soutien de la Corée, mais celui-ci lui est refusé. Il mène donc une longue guerre de 1592 à 1598, divisée en deux invasions. L'armée japonaise a longtemps l'avantage durant la guerre sur terre. Mais l'intervention de la Chine est décisive : affaibli par la guerrilla coréenne, les japonais ont du mal à supporter les contre-attaques chinoises. L'artillerie des mings est une très mauvaise surprise pour une armée japonaise qui n'utilise les canons lourds que pour des sièges ou des batailles navales et de façon limitée (surtout leurs canons sont de qualité douteuse, alors que ceux des mings sont performants). Hideyoshi, désormais vrai chef d'Etat, ne participe d'ailleurs pas lui-même aux campagnes sur le terrain, et laisse ses généraux subir. Malgré cela, les troupes japonaises déterminées et extrêmement opiniatres ne se laissent pas vaincre si facilement, et la guerre s'enlise. En revanche sur mer, ils sont écrasés (je ne détaille pas trop la guerre car je crois que tibère va faire un article dessus), ce qui rendent très difficiles les approvisionnements. Au final, les japonais se replient en 1598 sans jamais avoir pu entrer en Chine.

Hideyoshi voit son autorité très affaiblie et ses caisses se sont vidés. De plus, il s'alarme désormais ouvertement des progrès du christianisme dans l'archipel et se met à tuer 36 chrétiens donc quelques européens. Mais ses généraux se querellent désormais ouvertement pour savoir qui est responsable de l'échec de corée. En 1598, Hideyoshi meurt, brisé et las.

Toyotomi Hideyoshi





son armure:




Dernière édition par Louis le Roy le Mar 8 Juin 2010 - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Mar 8 Juin 2010 - 18:02

Le moment Tokugawa Ieyasu :


Tokugawa Ieyasu, grand stratège et fin politique, est resté fidèle à Nobunaga et Hideyoshi, n'affrontant que ce dernier durant une courte période. Ainsi, dans les années 1590, il s'est établi comme un des 5 régents d'Hideyoshi, en charge du pays après sa mort, son fils étant trop jeune. En 1599, il s'établit au château d'Osaka, ce qui méconte les autres régents. L'opposition se concentre autour d'un seigneur puissant mais ne faisant pas partie des régents : Ishida Mitsunari. Les généraux de Ieyasu décident de le tuer, mais de manière intelligente, leur chef refuse. En effet, il sait que si il le laisse envie, Mitsunari se mettra à la tête de l'armée ennemi, or il a moins de légitimité que les régents et risque donc de paraître comme un rebelle. Ieyasu s'allie avec plusieurs clans : les Maedas, les Dates, les Mogamis, les Satakes. Mitsunari s'allie avec les clans des autres régents :
les Uesugis, les Moris et les Ukitas.

En juin 1600, Ieyasu lance une attaque contre le territoire du clan Uesugi. Ishida ne l'attend pas et regroupe ses forces. En face, Ieyasu semble ne pas insister et repart vers Kyoto. ses ennemis en profite pour investir la province de Fushimi (ou se trouve le château d'Osaka). Mais finalement, Ieyasu reprend sa route, tandis que son fils mène une armée de 38 000 hommes par un autre chemin. Les armées se rencontrent à Sekigahara en octobre 1600. Elles comptent plus de 80 000 hommes chacunes (au final, l'armée de Ieyasu en comptera 88 000 et l'armée de Mitsunari 81 000) : l'armée de l'Est (Ieyasu) fait face à l'armée de l'ouest (mitsunari). On compte environ 20 000 mousquetaires et arquebusiers en comptant les deux camps, soit plus de 10 % des forces en présence (par comparaison, la bataille de Rocroi, une quarantaine d'années plus tard opposera 23 000 Français à 27 000 espagnols avec un proportion comparable d'armes à feu). L'affrontement est difficile, et l'armée de l'Est est mise en difficulté. Mais un certain nombre d'unités sont dans l'expectatives et ne savent pas quel camp choisir. En effet, certains officiers de l'armée de l'ouest ont été contacté par ieyasu qui leur a promis des terres en cas de victoire. Elles sont placé sur une colline surplombant le champs de bataille d'ou on peut voir les flancs des deux armées. Ieyasu ordonne à ses canons de tirer dessus pour les forcer à prendre une décision rapide (un vrai coup de poker). Les unités en question se joignent finalement à l'armée de l'est et précipitent la défaite de Mitsunari. Ieyasu triomphe. Bien qu'inconnue, les pertes s'élevèrent peut-être à 35 000 morts pour l'armée de l'ouest (elles sont inconnues, et les estimations varient grandement : le plus bas est de 6000 morts, le plus haut 40 0000 pour l'armée de l'ouest, mais c'est sans compter les blessés et capturés. Les pertes de l'autre armée sont plus légères). Par comparaison, Rocroi a fait 4500 tués et blessés pour les Français, et 7000 pour les espagnols).

Suite à la bataille, la désormais maigre armée de l'ouest se désintègre, et les seigneurs rejoignent leurs terres. Mitsunari est capturé par des paysans lors de son repli et exécuté. DE nombreux autres seigneurs furent tués durant la bataille, se suiciderent ou furent capturés pendnat ou après le combat. Ieyasu parvient donc finalement à réunifier définitivement le Japon. Il est nommé Shogun en 1603. Il mènera toutefois une dernière guerre dans les années 1610 pour vaincre le clan Toyotomi mécontent d'être écarté du pouvoir. Cette campagne sera l'une des plus importante de l'histoire du japon, le siège d'osaka étant mené par une armée de 160 000 hommes sans compter d'autres forces utilisées durant la campagne.

Tokugawa Ieyasu:






un de ses casques :



son armure vue de derrière :


Sekigahara :




Revenir en haut Aller en bas
Paedric
Censeur
avatar

Nombre de messages : 3600
Age : 25
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Mar 8 Juin 2010 - 19:23

Les armures étaient efficaces? Parce que elles sont jolies, mais après...
Si l'on compare à une armure de plaque médieval par exemple?

________________________________________________
Paedric le Maudit, si vous vous demandez qui je suis, cherchez au Nord!
"Dulce et decorum est pro patria mori."
"Hvárt veist þú, þræll, hvaðan þeir koma, hverir þeir eru, ok hvat þeir kalla sik?"
"Engir góðir menn koma þaðan. Tak þú brandinn ok foer mér þá."

La vérité enfin révélée : C'est ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genocidesvanete.wetpaint.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Mar 8 Juin 2010 - 19:29

Bien sur elles étaient efficaces. En fait, c'étaient des armures metalliques de lamellaires, donc la même technique que pour les armures chinoises, mongoles, musulmanes et d'Europe de l'est. Puis des armures de plaques ont fait leur apparition. Le travail du métal était meilleur au japon qu'en Europe, donc les armures japonaises étaient plus confortables et protégeaient mieux à masse égale que les armures médievales européennes (mais avaient pour défaut de laisser plus d'espaces libres). En revanche, elles protégeaient bien sur moins bien que les armures de plaques européennes les plus connues, qui en réalité sont de la Renaissance (et un peu du XVe siècle, mais surtout XVIe), pour la simple raison qu'elles étaient moins massives et épaisses. En revanche, elles étaient moins lourdes, moins bruyantes, moins génantes dans les mouvements et plus confortables.

Et souvent, les samourais se permettaient le luxes d'avoir 2 couches : une de métal, et une de cuir, ou de corde par-dessus. Je pense que la protection est comparable à celle de la lorica segmentata, en renforcé pour les samourais. Un défaut reste la protection du visage puisque le masque ne protège absolument pas (sauf des projections de cailloux ou des coups de taille faibles), moins que les heaumes. Un autre sont ces fameux espaces libres, surtout chez les Ashigarus (qui ont une protection insuffisante du cou, autour des épaules, et aux jambes, surtout les mollets, ainsi que souvent au bras et bien sur au visage). Chez les samourais, il y a de grandes épaulières qui quand même règle en grande partie le problème comme on peut le voir ici (par ailleurs, on note très clairement les bandes métal recouvertes de cordes dures):



Le défaut de protection principal des japonais reste l'utilisation pour le moins parcimonieuse du bouclier (contrairement aux coréens ou aux chinois d'ailleurs) pour la simple et bonne raison que les armes japonaises se manient généralement à deux mains (le katana, la pique, la hallebarde). De toute façon, vu comment le katana tranche, seul un bouclier de métal serait utile. Or quelle que soit la région, les boucliers sont alors toujours majoritairement fait de bois. En fait, les boucliers étaient juste utilisés face aux flèches. Ces boucliers étaient très résistants, et extrêmement efficaces, arrêtant les flèches mais aussi les balles. Seulement du coup, ils étaient inutilisables pour combattre avec une autre arme, et on s'en servait juste pour couvrir sa progression ou pour les sièges. Cela dit, en Europe on note la même évolution à partir du haut moyen-âge et surtout de la renaissance, avec l'apparition des piquiers et des tireurs qui rendent le bouclier obsolète.

Mais en ce qui concerne l'armure, ne doutait certainement pas du savoir-faire japonais
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Mer 9 Juin 2010 - 8:37

arquebuses et mousquets japonais:



Le katana :


le wakizashi:


Les pointes de lances japonaises:


Dernière édition par Louis le Roy le Jeu 17 Juin 2010 - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wellan
Censeur
avatar

Nombre de messages : 2613
Age : 23
Localisation : Dunkerque
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Mer 9 Juin 2010 - 10:13

Très intéressant et super bien réalisé ! J'ai appris plein de trucs sur le Japon du coup :p.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.erepublik.com/en/referrer/Koratos
samourai69
Questeur
avatar

Nombre de messages : 134
Age : 29
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Sam 28 Aoû 2010 - 21:37

A rajouter peut être que Nobunaga est responsable de la chasse et de l'anéantissement de la plupart des différents clans ninja en 1581.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samourai69
Questeur
avatar

Nombre de messages : 134
Age : 29
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   Sam 16 Oct 2010 - 17:55

Le numéro octobre-novembre de Champs de Bataille traite de ce sujet "Le Japon des samouraïs XIème - XVIIème siècle"
http://www.net4war.com/champsdebataille/numeros-cdb/cdb36.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Japon de l'ère Azuchi-momoyama, 1568-1600
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Hi-tech] Le téléphone portable un phénomène au Japon.
» Prix et date de sortie au Japon de la 3DS
» Catastrophe au Japon
» Le Japon :
» FIGURINE POUR LE JAPON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Grande Bibliothèque :: Epoque Moderne-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit