AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionSiteBoutique

Partagez | 
 

 Les guerres puniques

Aller en bas 
AuteurMessage
Anthonyuss
Consul
avatar

Nombre de messages : 1746
Age : 26
Localisation : Hispanie.
Date d'inscription : 03/02/2010

MessageSujet: Les guerres puniques   Lun 27 Sep 2010 - 18:16

Les guerres puniques:



L
e monde méditerranéen avant les guerres puniques




Rome s'empare de Carthage...

Carthage et Rome furent alliées. L'une et l'autre avaient maille à partir avec les Etrusques et les Grecs, et contrôlaient des zones d'influence distinctes. La situation changea lorsque Rome eut la mainmise sur le sud de l'Italie.
Pour ces deux grands états, la Méditerranée était devenue trop petite. Cela explique le déclenchement des guerres puniques.



Carthage:





Partout où ils allèrent , les Phéniciens fondèrent des colonies marchandes et des ports un peu comme la compagnie des indes de XIX sième.
Vers 800 av J.-C , les colons phéniciens fondèrent Carthage , dans l'actuelle Tunisie.
La situation de la ville , juste en face de la Sicile, lui conférait une position idéale pour exploiter les routes commerciales vers l'ouest.
La ville se développa rapidement grâce au commerce et à la colonisation de tout l'ouest de la Méditerranée et , au III siècle av J.-C , elle était l"une des plus riches de la région.
Les Carthaginois n'ont jamais aspiré à établir un empire terrestre.
lls préfèrent fonder un empire commercial sur les mers, tout comme les Génois ou les Véniticiens à la fin du Moyen-âge.
Ils gardèrent jalousement leurs routes maritimes et combattirent Grecs et Etrusques pour le contrôle de la Sicile.
Une alliance entres leurs deux adversaires vint à bout de leurs armées en 480 av J.-C , et ils furent ainsi repoussés jusque dans l'ouest de l'île.
Les Carthaginois furent d'abord des alliés de Rome.
Les Deux citées conclurent des traités en 509 et 348 av J.-C , et les flottes puniques aidèrent les Romains à battre Pyrrhus en 280 av- J-C.
Cependant , à mesure que le pouvoir de Rome grandissait comme je l'ai cité ci-dessus, la Méditerranée devenait trop petite pour les deux puissances.
Romains et Carthaginois connurent trois guerres qu'on appelle les guerres puniques...





La première guerre punique (264-241 av.J-C):




La première guerre punique eut pour origine la Sicile .
Des mercenaires de la Grande Grèce, les Mamertins , combattaient pour le compte de Syracuse, la plus puissante cité de Sicile .
à la suite d'un problème de règlement de solde, les Mamertins s'emparèrent de la cité de Sicile de Messine et , lorsque Syracuse les attaqua , ils firent appel à Carthage et à Rome...

La Sicile est une île riche qui jouissait d'une position stratégique, et Rome convoitait un morceau du gâteau.
Quand les Carthaginois et les Romains arrivèrent , le conflit entre Syracuse et les Mamertins passa au second plan : les Romains voulaient s'emparer de la Sicile et les Carthaginois voulaient qu'ils la quittassent et c'est ainsi que , durant vingt-ans , Rome et Carthage se disputèrent l'île....



La deuxième guerre punique (218-202 av.J-C)





à la suite de la perte de la Sicile et de la Sardaigne , les territoires carthaginois d'Hispanie commencèrent à se rebeller .
Le grand général Carthaginois Hamilcar éprouvait une haine féroce pour Rome.
Selon la tradition, il emmena avec lui son jeune fils Hannibal et lui fit jurer de haïr les Romains.
Ayant hérité d'une armée loyale bien entraîné et bien équipée , Hannibal fut en mesure de tenir sa promesse.....



Qui est Hannibal?





Hannibal Barca est le fils aîné du général Hamilcar Barca.
« Barca » n'est pas un nom de famille mais il est néanmoins porté par son fils.

Ce fut un brillant tacticien qui remporta de nombreuses victoires contre Rome.

Hannibal Barca est né en 247 av. J.-C à Carthage et mort en 183 av J.-C à l'age de 64 ans en Bithynie ( l'actuelle Turquie)

Citation d'Hannibal Barca: .« Je jure que dès que l'âge me le permettra , j'emploierai le feu et le fer pour briser le destin de Rome




L'itinéraire d' Hannibal Barca.



Quand il quitte Carthage avec son père pour aller jusqu'en Espagne.
Sa première conquête fut la ville de Sagonte ( Saguntum).
ensuite il traverse les alpes pour aller envahir l'Italie et il remporte plusieurs victoires contre les Romains,
à la rivière de Trebia , au lac de Trasimène , à Canne mais quand il apprends que Scipion part en Afrique , Hannibal Barca revient vite en Afrique et il est finalement vaincu à Zama.



Tout commença à Saguntum...

C'est à partir de cette conquête que le conflit commença entre Rome et Carthage.
La ville de Sagonte était sous protectorat romain.
On ignore s'il agit ainsi par la provocation ou non .
Quoi qu'il en soit , les esprits s'échauffèrent et les hostilités commencèrent.








Hannibal Barca traverse les Pyrénées puis les Alpes.



Le Carthaginois se retrouva dans une étrange situation : il possédait une armée supérieure , mais les Romains contrôlaient la mer.
Sa seule chance était d'obliger Rome à rappeler ses troupes dans un lieu où ses forces marines ne pourraient pas intervenir, et cet endroit était l'Italie.
Mais l'unique manière de s'y rendre sans longer la côte était de franchir les Pyrénées puis les Alpes.






Les Romains , qui considéraient ces dernières montagnes comme leur rempart nord ,envoyèrent une armée intercepter Hannibal sur le Rhône et une autre en Sicile, d'où ils pouvaient envahir l'Afrique et attaquer Carthage.
Mais la première armée arriva trop tard sur le Rhône.
Hannibal l'avait déjà franchi et se dirigeait vers les Alpes.




On ignore l'itinéraire exact qu'Hannibal emprunta , mais sa traversée des Alpes est légendaire.
Attaqué par les Gaulois et confronté à d'incroyables défis logistiques et topographiques , il perdit au moins un tiers de son armée.
Cependant , avec ses 26 000 fantassins et ses 4000 cavaliers et ses 20 éléphants sur les 60 initialement emmenés , il entra en Italie en 218 av J-C .

Les Gaulois , qui étaient déjà en conflit avec Rome , se joignirent à lui et ils prirent ensemble la direction du sud.
Cependant , même avec les Gaulois , Hannibal ne disposait pas des forces ni du soutien suffisant pour attaquer Rome.
il tenta de briser le système romain de l'intérieur.
Sa stratégie était la suivante : il pensait que s'il parvenait à vaincre les armées romaines en Italie , les alliés de Rome l'abandonneraient ou se révolteraient peut-être .
Ainsi , il couperait les réserves qui contribuaient à la puissance romaine.
En outre,comme Rome était obligée de faire appel à des armées postées sur ses frontières pour se défendre en Italie, les ennemis de l'extérieur en profiteraient pour envahir son territoire et l'affaiblir plus encore.
Le plan d'Hannibal faillit réussir...



Le tessin:



Publius Scipion est attaqué en embuscade et blessé , il réussit tout de même à s'enfuir grâce à son fils Scipion.

Après qu'Hannibal a difficilement franchi les Alpes, et qu'il a pris Turin; Publius Cornelius Scipio décide de franchir le Pô, puis le Tessin et de se porter à la rencontre d'Hannibal. Les deux généraux établissent deux camps assez proches. Publius Cornelius Scipio, sorti en reconnaissance avec sa cavalerie et ses jaculatores (lanceurs de javelot), tombe sur le général carthaginois également en exploration avec sa cavalerie, et une escarmouche éclate.

Surpris, les jaculatores se replient à l'abri de leur cavalerie. Hannibal fait encercler les Romains par ses ailes constituées de Numides. En achevant leur manœuvre ces derniers écrasent les jaculatores. La cavalerie romaine, se voyant cernée, commence à fuir par petits groupes. De justesse, Publius Cornelius Scipio blessé parvient à s'échapper. Tite-Live aime à croire qu'il fut sauvé par son propre fils âgé de 17 ans, nommé lui aussi Publius Cornelius Scipio, (le futur Scipion l'Africain) et futur vainqueur de la bataille de Zama.

Une des conséquences de la défaite romaine à la bataille du Tessin, est la défection des tribus gauloises du nord de l'Italie (notamment des Insubres). En effet, la plupart des Gaulois présents dans l'armée romaine l'avaient rejoints par la force. Donc pendant cette bataille, la Fortune étant du côté des Carthaginois, ils complotèrent, et une nuit ils massacrèrent des Romains endormis dans leur camp. Puis ses Gaulois allèrent trouver Hannibal au nombre de 2000 fantassins et 200 cavaliers. Hannibal décida de renvoyer les Gaulois auprès de leurs peuples respectifs, pour qu'ils essayent de convaincre leurs peuples respectifs d'entrer en guerre contre Rome

Les défections se faisant de jour en jour de plus en plus nombreuses parmi les auxiliaires gaulois, Publius Cornelius Scipion préfère repasser le Pô et se replier sur la Trébie.
Hannibal installe son camp à une dizaine de kilomètres de Plaisance.

Malgré sa victoire, Hannibal affronte un problème qui va durer pendant presque tout son séjour en Italie : des difficultés de ravitaillement.




La Bataille de la Trébie.





Situation

Les forces d' Hannibal Barca:
10 000 cavaliers
38 éléphants
28 000 fantassins


Pertes:
6 000 fantassins
38 éléphants



Les Forces Romaines :
6 500 cavaliers
18 000 légionnaires
20 000 alliés


Pertes:
8 000 légionnaires
12 000 alliés


Après sa défaite dans l'engagement du Tessin, Publius Cornelius Scipio s'était replié sur la Trebbia où il attendait le renfort de l'autre consul, Tiberius Sempronius Longus. Avant que ce dernier ne le rejoigne mi-décembre, Scipion subit des défections parmi ses alliés gaulois tandis qu'Hannibal accumulait au contraire les ralliements de guerriers celtes.

Quelques jours avant la bataille, une escarmouche de cavaliers avec les romains, tourne a l'avantage de ces derniers. Cela redonne vigueur à l'armée romaine après sa défaite à Tessin. Spicion décide d'agir si l'occasion se présente pour profiter de l'enthousiasme de ses troupes, ou si rien ne se produit attendre les renforts du second consul. Hannibal devait agir pour conserver à ses troupes leur cohésion et leur motivation.

Entre le campement des deux armées coule un ruisseau, renfermé de toutes parts, dans les rives profondes et couvertes d'herbe marécageuse, de broussaille. Hannibal le remarque, et dit à son frère Magon de choisir mille cavaliers et mille fantassins parmi les plus braves et de les embusquer ici.


Reconstitution de la bataille de Trébie:



À l'aube, Hannibal envoie sa cavalerie franchir la Trebbia avec pour ordres de provoquer les Romains en harcelant les avants-postes puis de se replier derrière la rivière. Le plan est un succès : Tiberius Sempronius Longus improvise aussitôt une sortie mal préparée. La cavalerie sort en premier, suivie de l'infanterie en désordre. Sous la neige, les Romains traversent les eaux glaciales de la Trebbia qui, gonflées par la pluie et la neige, leur arrive jusqu'aux épaules. Ils en ressortent épuisés et frigorifiés, pouvant d'après Tite-Live à peine tenir leurs armes. En face, les Carthaginois s'étaient préparés à combattre dans le froid en allumant des feux et en se couvrant d'huile.

Outre la troupe en embuscade de Magon, Hannibal répartit ainsi ses forces : les frondeurs des Baléares en avant (8000 hommes), l'infanterie au centre et deux ailes de 5000 cavaliers, avec à leur tête les éléphants. Tiberius Sempronius Longus disposa ses troupes selon l'ordre de bataille romain habituel : l'infanterie (18000 Romains et 20000 alliés) au centre, sa cavalerie (6000) .

Le combat débute par un affrontement entre la cavalerie qui a attiré les Romains qui fait volte face et attaque la cavalerie romaine à sa poursuite. Surpris, les cavaliers romains se battent, mais Spicion leur ordonne le repli et les distribue sur ses deux ailes. La bataille commence vraiment quand l'infanterie romaine monte à l'attaque des frondeurs des Baléares, obligeant Hannibal à les replier sur les ailes. Ce mouvement a pour effet de déborder totalement la cavalerie romaine, engagée déjà en sous nombre face à la cavalerie carthaginoise. Les éléphants effrayant les chevaux, l'avantage tourne vite dans le camp d'Hannibal. Au centre, le combat est équilibré, l'infanterie romaine est épuisée par sa traversée des eaux mais sa valeur et son nombre lui permet de tenir tête aux carthaginois. .




Publius Scipion et son armée traverse la rivère glacée de la Trébie.



Une fois que les Romains ont traversés la rivière de Trébia , les unités de tireurs tirent ensuite l'infanterie Carthaginoise chargent sur les romains et la cavalerie sur les ailes également , elle charge sur la cavalerie romaine .

Mais pendant ce temp, Magon ( le frère d'Hannibal Barca) avec sa puissante cavalerie numide charge sur le dos des romains et les encerclent progressivement !





La stratégie d'Hannibal réussit .
Lorsque la cavalerie romaine est mise en déroute, les frondeurs encerclent les flancs de l'infanterie romaine et la crible de traits tandis que les éléphants se portent au centre. A ce moment, Magon sort de sa cachette et attaque l'arrière de l'armée romaine déjà malmenée. Les éléphants attaquent ensuite les auxiliaires romains qui paniquent et s'enfuient. Démoralisée par la fuite des auxiliaires, l'armée romaine est mise en déroute. Les fantassins se sauvent comme ils le peuvent, retraversant le lac ou fuyant dans les bois. Ceux qui réussirent à s'enfuir prirent la route de Plaisance ou retournèrent dans le campement.


Les conséquences



Les pertes carthaginoises étaient faibles, mais la plupart des éléphants moururent de leurs blessures à cause du froid. Les jours suivants, Hannibal fait poursuivre les Romains par les cavaliers , mais garde le reste de son armée auprès de lui, car des pluies torrentielles se mirent à tomber et son armée avait besoin de repos. Le sénat commence à prendre conscience de l'ampleur du danger qu'est Hannibal à cause de ce désastre.


La bataille du lac de Trasimène:



Donc comme dans le nord de l'Italie , Hannibal Barca remporta des victoires sur les rivières de Tessin et Trébie e, 218 av J.C.

Les Romains tentèrent de lui barrer la route du centre de l'Italie,mais il les prit de court en empruntant une route traversant l'Etrurie.
Après quoi,arrivé au lac Trasimène, il tendit une embuscade à une armée romaine de 36000 hommes conduite par Caius Flaminius et l'annéantit en 217 av J.-C.
Caius Flaminius est mort pendant l'embuscade d'Hannibal Barca.
Cependant , au lieu de marcher sur Rome, il se dirigea vers le centre de l'italie.


Reconstitution de la bataille du lac de trasimène:



Les soldats romains partirent donc à la poursuite d’Hannibal. Au soir du 20 juin 217 avant JC, après plusieurs jours de marche, l’armée établit son camp dans le vallon du lac Trasimène. Au petit matin, les Romains se mirent en marche. Comme d’habitude, les chariots de vivres furent placés au milieu, les soldats sur les côtés, les gradés à l’avant du convoi.



C’est alors qu’Hannibal et ses soldats (environ 30 000 hommes et 10 000 cavaliers.), qui s’étaient dissimulés sur les hauteurs à l’abri du brouillard, derrière les collines entourant le vallon, se ruèrent sur les Romains. Flaminius et les gradés furent tués les premiers, ce qui eut pour effet de désorganiser totalement le reste de l’armée. Certains moururent sur place, alors que d’autres tentèrent de fuir en passant par le lac (de nombreux Romains moururent noyés, du fait de leur équipement).





Le Numide Maharbal, commandant de la cavalerie d'Hannibal, poursuivit alors les Romains qui tentaient de s'échapper. Rattrapés par leurs ennemis, les fuyards acceptèrent de se rendre, à condition qu'ils aient la vie sauve...



Les Romains sont poussés vers le lac glacé de trasimène...



L'armée d'Hannibal Barca :

31000 à 39 000 fantassins
10 000 cavaliers
pas d'éléphants


Perte:
1 500 à 2 500 morts

L'armée Romaine:
22 000 fantassins
3000 à 3 500 cavaliers romains et alliés


Perte:
15 000 morts dont Caius Flaminius
10 000 prisonniers




à Rome...



Cette année là , Rome élut le conservateur Quintus Fabius au poste de dictateur.
Fabius adopta une stratégie très peu romaine : il refusa d'affronter directement Hannibal et demeura sur les hauteurs , où la cavalerie carthaginoise n'avait aucun avantage.
Cela ne le fit guère apprécier des Romains qui étaient prêts à la bataille , et surtout de ceux qui détenaient des intérêts dans les régions que pillait Hannibal.
Ils le surnommèrent Fabius << Cuncator >> ( le Retardataire).
Lorsque le mendat de Fabius arriva à son terme, les Romains élurent deux consuls ( à la fois magistrats suprêmes et généraux).
Déstinés à conduire les armées contre Hannibal.




La bataille de Cannes:


L'armée d'Hannibal Barca:
55 000 hommes
Infanterie lourde : 40 000
Infanterie légère : 6 000
Cavalerie : 8 000 < dirigé par Maharbal et Hasdrubal


Perte:
6 000 tués


L'armée des deux consuls Caius Terentius Varroet Lucius Aemilius Paullus:

80 000 Romains et alliés,
dont 5 000 cavaliers

Perte:
45 000 morts
29 tribuns et 80 sénateurs
20 000 prisonniers le consul Lucius Aemilius Paullus trouve également la mort au combat





Déroulement de la bataille:

les légions romaines au centre : étant les mieux entraînées, elles constituent le point fort du dispositif ;
les légions alliées les flanquant à droite et à gauche : étant moins bien entraînées, elles forment un point faible
et la cavalerie, flanquant le tout et protégeant les ailes.
À l'intérieur des légions, les troupes étaient disposées en trois lignes, d'âge et d'équipement croissant. Là encore, les légions étant composées de citoyens payant leur équipement, les jeunes et les pauvres avaient un armement léger, alors que les plus vieux et les citoyens aisés étaient bien cuirassés. Les riches pouvant se payer un cheval formaient la cavalerie. Au cours de la bataille, après un harcèlement de l'adversaire par des troupes légères, la première ligne s'avançait pour enfoncer les lignes ennemies. Si elle était repoussée, elle reculait en bon ordre derrière la troisième ligne et c'est la deuxième qui prenait le relais.




Reconstituation de la bataille de Cannes:



Les auxillaires sont placés au centre et les unitées lourde sur les flancs.
La cavalerie numide est situés sur les ailes.

Hannibal Barca est en grande inferiorité numerique et sa stratégie sera de faire croire aux romains qu'ils sont entrain de gagner pour qu'ensuite ils l'encerclent les Romains avec sa cavalerie !






.les légions romaines au centre : étant les mieux entraînées, elles constituent le point fort du dispositif ;
les légions alliées les flanquant à droite et à gauche : étant moins bien entraînées, elles forment un point faible ;
et la cavalerie, flanquant le tout et protégeant les ailes.
À l'intérieur des légions, les troupes étaient disposées en trois lignes, d'âge et d'équipement croissant. Là encore, les légions étant composées de citoyens payant leur équipement, les jeunes et les pauvres avaient un armement léger, alors que les plus vieux et les citoyens aisés étaient bien cuirassés. Les riches pouvant se payer un cheval formaient la cavalerie. Au cours de la bataille, après un harcèlement de l'adversaire par des troupes légères, la première ligne s'avançait pour enfoncer les lignes ennemies. Si elle était repoussée, elle reculait en bon ordre derrière la troisième ligne et c'est la deuxième qui prenait le relais.




Le centre de l'armée d'Hannibal est constitué de Gaulois , qui auront pour but d'occuper l'armée romaine pendant que la cavalerie numide détruit la cavalerie romaine pour ensuite soutenir l'infanterie et utiliser la stratégie de l'enveloppe.



La cavalerie lourde est sous le commandement d'Hasdrubal et la cavalerie légère par Maharbal..



Au lieu de pourchasser les fuyards, ils vont soutenir l'infanterie carthaginoise et charger par derrière.





Les Romains sont completement encerclés!




Le consul et des personnages de haut rang, y perdirent la vie.



.La Bataille de Cannes fut un désastre pour les Romains.
Hannibal ,tacticien ingénieux, accula l'armée romaine contre une rivière et l'anéantit.
Plus de 70 000 hommes dont le consul ainsi que 80 sénateurs et 29 tribuns y perdirent la vie.
et 20 000 hommes ont été fait prisionners.
Les Romains furent réduits à enrôler des garçons de plus de seize ans et de même des esclaves ainsi que des criminels pour continuer à combattre de combattre.
Les Samnites -de l'italie méridionale- ainsi que Syracuse s'allièrent à Hannibal .
Phillipe V de Macédoine ( dans le nord de la Grèce ) , qui voulait que des Romains restassent de leur côté de l'Adriatique , s'allia à Carthage .
Le système romain s'effondrait de toute parts.

C'est à la fin de cette bataille que Maharbal dit à Hannibal Barca : << Hannibal savait comment conquérir la victoire mais ne savait pas comment l'utiliser >>


Cependant la majeure partie des alliances résistèrent, et les Romains, opiniâtres, commencèrent à reconquérir leurs interêts en Hispanie, en Sicile , et en Illyrie.



Les Latins gémirent sous le poids des impôts et des conscriptions millitaires, mais au bout de quinze ans, le vent commença à tourner.
L'armée d'Hannibal ne pouvait proteger ses conquêtes .
Il appela à l'aide l'armée de son frère Hasdrubal en Hispanie, mais les Romains , menés par un jeune scipion et brillant général , Scipion ,lui coupèrent la route et le vainquirent lors de la bataille du Métaure en 207 av J.-C.





Offensive romaine en Espagne .



Les frères Gnaeus Cornelius Scipio Calvus et Publius Cornelius Scipio avaient bien évalué l'importance de l'Espagne. Ils s'y rendent et remportent en 217 une victoire navale à l'embouchure de l'Ebre, puis reprennent Sagonte. Ils empêchent Hasdrubal de rejoindre son frère Hannibal, et suscitent en 215 une guerre du roi numide Syphax contre les Carthaginois.

Mais en 212, Hasdrubal, le frère d'Hannibal, soumet Syphax, et trois armées carthaginoises passent en Espagne. Les frères Scipions sont battus et tués en 211 av. J.-C., les forces romaines battent en retraite sur l'Ebre.

À Rome, le jeune Cornelius Publius Scipion, fils de Cornelius Publius Scipion, qui deviendra connu sous le nom de Scipion l'Africain entre alors sur la scène. Quoi que n'ayant jamais été consul, il obtient un pouvoir proconsulaire pour l'Espagne en 210. En 209, il prend le port de Carthagène, avec le trésor de guerre et les otages ibères détenus par les Carthaginois. La libération de ces otages permet de gagner le soutien de peuples ibères contre Carthage.



En 208, Scipion affronte Hasdrubal à Baecula, qui parvient malgré ses pertes à percer en direction du Nord pour rejoindre son frère Hannibal en Italie.




Expédition de secours d'Hasdrubal



Hasdrubal quitte l'Espagne avec une armée de 60 000 hommes, et prend ses quartiers d'hiver en Gaule. Au printemps 207, Hasdrubal est en Italie prêt à opérer sa jonction avec Hannibal dans le Sud de l'Italie. Très audacieusement, le consul Caius Claudius Néron laisse un rideau de troupes devant Hannibal, remonte au Nord avec ses meilleures légions se joindre à l'autre consul Livius Salinator. Tous deux rencontrent et anéantissent l'armée d'Hasdrubal lors de la bataille du Métaure. Hasdrubal meurt dans la bataille, il est décapité une fois son corps retrouvé. Le consul Caius Claudius Néron se hâte de revenir à son camp et fait jeter la tête d'Hasdrubal devant le camp d'Hannibal.

L'année suivante en 206, Scipion se rend en Afrique à la cour du roi Numide Syphax, pour conclure un traité. Plus tard il s'allie avec le numide Massinissa qui en Espagne combattait avec les Carthaginois. Massinissa retourne chez les Carthaginois, mais l'alliance avec les Romains portera ses fruits plus tard lorsque Scipion mènera la guerre en Afrique. Alors qu'Hasdrubal Gisgo est déjà passé en Afrique avec les restes de son armée, Scipion bat les dernières forces carthaginoises commandées par Magon à Ilipa, et s'empare de Gades (Cadix), achevant la conquête de l'Espagne carthaginoise. Magon s'enfuit avec la flotte vers les Baléares.

De là il débarque en 205 avec 12 000 hommes dans le golfe de Gênes. Magon s'empare de la ville et essaie de dresser les Ligures et les Gaulois contre les Romains. Bien qu'il parvienne à s'attirer l'amitié de ces peuples, il ne réussit pas à générer un soulèvement général. Les armées romaines effraient trop ces peuples. En 203, le préteur Publius Quinctilius Varus et le proconsul Marcus Cornelius Cethegus livrent bataille à Magon sur le territoire des Gaulois Insubres. La bataille est incertaine jusqu'à ce que Magon soit blessé à la cuisse.

Les Carthaginois et leurs alliés, qui avaient osé braver les Romains, fuient. A la faveur de la nuit, Magon se réfugie chez les Ligures. Là il est rappelé par Carthage et doit quitter l'Italie avec son armée. Il devait secourir sa patrie contre Scipion. Mais, durant le trajet Magon meurt de sa blessure.



Scipion en Afrique:

En 204 av JC, Rome décida d’élire consul le jeune Scipion, bien que celui-ci n’ait pas l’âge légal. Ce dernier était alors favorable à une expédition contre Carthage, contrairement au Cunctator.

Au printemps - 204, il part avec 30 000 hommes, 40 vaisseaux et 400 transports, et sans croiser de flotte ennemie, débarque près d'Utique.

Les premiers mois de l’expédition furent laborieux : Scipion, assisté dans sa lutte par Massinissa, un prince Massyle (ce dernier était opposé à Syphax, roi des Massaessyles, qui était allié avec Carthage.), remporta quelques petits combats contre les Carthaginois, mais ne parvint cependant pas à s’emparer d’Utique (les Romains furent en effet attaqués par les troupes de Syphax.). Par la suite, Scipion et ses hommes durent hiverner sur la côte, non loin de Carthage.

En 203 avant Jésus Christ, Scipion et Massinissa parvinrent à vaincre l’armée carthaginoise, assistée par les troupes de Syphax, au cours de la bataille des grandes plaines. Le roi des Massaessyles fut alors capturé par les Romains. Par la suite, Scipion présenta Syphax enchaîné sous les murs de Cirta. La ville décida alors de se rendre (les Romains s’emparèrent de Tunis peu après.).

Au mois de juin 203, Carthage accepte de faire la paix avec Rome. Scipion dicta les condition de reddition : Evacuation des soldats carthaginois en territoire romain (Italie, Gaule.), cessation de l’Hispanie à Rome, flotte réduite à 20 navires, paiement d’une indemnité de guerre de 5 000 talents.



Cependant, alors que des ambassadeurs carthaginois s’étaient rendus à Rome pour ratifier le traité de paix, Hannibal et Magon furent appelés en Afrique. Le conflit, que l’on croyait achevé, redémarra.

Hannibal, s’alliant avec Vermina, le fils de Syphax, décida de s’attaquer aux troupes de Scipion. Les deux armées s’affrontèrent au cours de la bataille de Zama, le 19 octobre 202 av JC.




La bataille de Zama:



Hannibal, qui l’avait toujours emporté sur les Romains, bien qu’étant à chaque fois en infériorité numérique, avait ce jour ci une armée plus importante que celle de Scipion (50 000 fantassins, 4 000 cavaliers et 80 éléphants de guerre pour Hannibal ; 35 000 fantassins et 9 000 cavaliers pour les Romains.).



Les Forces qu'Hannibal Barca a réussi à rassembler :

50 000 fantassins
4 000 cavaliers
80 éléphants de guerre


L'armée Romaine de Scipion.:

35 000 légionnaires
-9000 cavaliers:
3 000 cavaliers romains
6 000 cavaliers numides


Les pertes d'Hannibal Barca:

20 000 morts

11 000 blessés
15 000 prisonniers


Les pertes dans l'armée romaine de Scipion :

1 500 morts
4 000 blessés



Reconstitution de la bataille de zama:




La stratégie d’Hannibal reposait sur le rôle prépondérant des éléphants. Les mercenaires gaulois, placés en deuxième ligne, et l’armée carthaginoise, placée en troisième ligne, devaient attaquer ensuite, profitant de la débandade des Romains. Sur les ailes se trouvait la cavalerie (celle des Carthaginois d’un côté, celle de Vermina de l’autre.).






Mais les dispositions prises par Scipion rendent la tactique d'Hannibal totalement inefficace. En effet, rompant avec la formation compacte en quinconce de l'infanterie utilisée par l'armée romaine, Scipion laisse des passages libres entre les manipules (unités tactiques de la légion) et place dans ces intervalles des vélites, ou soldats d'infanterie légère qui pourront évoluer facilement et désorienter les éléphants.






Les deux infanteries s'affrontent, les forces sont déjà inégales. Les auxiliaires gaulois et ligures, comme Hannibal l'a prévu ne peuvent longtemps résister et se mettent à reculer vers la troisième ligne, celle des Carthaginois et des Africains. Ceux-ci refusent de leur faire place dans leurs rangs et se battent pour repousser à la fois leurs mercenaires et les Romains.




L'armée d'Hannibal est surtout composer de jeunes recrues comme les citoyens de Carthage en arme.
Hannibal s'efforce de motiver les combattants : aux mercenaires il promet une solde supplémentaire, aux Carthaginois et aux Numides il représente la ruine de leur pays en cas de défaite.




Scipion adopte ensuite la tactique utilisée par Hannibal lors de la bataille de Cannes : la deuxième et la troisième ligne des légionnaires sont envoyées aux ailes et commencent un mouvement tournant encerclant les Carthaginois qui continuent à se battre contre la première ligne. À partir de ce moment, la victoire est acquise pour les Romains, de plus la cavalerie de Massinissa et de Laelius reviennent et prennent à revers l'infanterie Carthaginoise qui est massacrée.




Hannibal Barca est contraint de fuir, car tant qu'il vit, Carthage n'est pas totalement vaincu !





Privés de l'aide des éléphants, de leur cavalerie, de leurs mercenaires, quelques rares Carthaginois prennent la fuite. Environ 20 000 hommes ont péri dans leurs rangs. 10000 ont été faits prisonniers ainsi que 11 éléphants. Les Romains, quant à eux, n'ont à déplorer qu'environ un millier et demi de morts.Là , à la bataille de Zama( actuelle Naraggara), Scipion battit Hannibal en 202 av J-C. Cette bataille met fin à la deuxième guerre punique.


La carte du monde méditérranéen après la seconde guerre punique ( 202 av.J-C)




Rome devenait ainsi maîtresse de la Méditerranée occidentale, et Scipion reçut le titre d'Africanus, le <<Conquérant de l'Afrique >>.

Après la bataille de Zama, Hannibal en personne rapporta à Carthage les termes de la reddition proposée par les Romains .

Ils étaient impitoyables : Carthage perdait toutes ses possessions hors d'Afrique et devait reconnaître l'indépendance de la Numidie ( qui s'alliait avec Rome ).
Elle devait payer un énorme tribut annuel et s'engager à ne pas mener de guerre en Afrique-ou ailleurs- sans l'autorisation de Rome.

Malgré ces conditions drastiques, Carthage recouvra rapidement sa puissance économique, Hannibal se révélant aussi bon administrateur que général.
Cela ne plut pas à Rome qui exigea qu'Hannibal lui fût livré comme criminel de guerre .



Les dernières aventures du grand général Hannibal Barca:



Cependant Hannibal est menacé d'assassinat et il part en exil à la cour du roi de Syrie Antiochos III qu'il conseille dans sa lutte contre les Romains. Mais ce roi ne suit pas les avis d'Hannibal, il est vaincu aux Thermopyles et perd la guerre à Magnésie en - 189. Hannibal doit encore fuir et c'est Prusias, le roi de Bithynie qui le reçoit. Vers - 183, selon Tite-Live, les envoyés de Rome obtiennent qu'il leur soit livré. Hannibal choisit le poison, à Libyssa (au bord de l'actuelle mer de Marmara). Plus tard, l'empereur Septime Sévère lui fera construire un tombeau.



La troisième guerre punique ( 151-146 av.J-C)




La puissance économique de Carthage continuait d'agacer et d'inquiétter Rome. Pour achever leur domination, les Romains déclenchèrent une crise avec l'aide de leur alliée, la Numidie, qui forca Carthage à l'attaquer en 151 av J-C. Rome put alors déclarer à Carthage.

Cette dernière résista héroiquement, mais dut se rendre en 146 av J-C. La cité fut détruite, ses habitants vendus comme esclaves et ses terres devinrent la province romaine d'Afrique.


Scipion laissa la vie sauve aux habitants qu'il fit vendre comme esclave, donna l'ordre de raser la ville. Les romains versèrent du sel sur le territoire et maudirent l'emplacement.

Ainsi disparut après trois ans de lutte héroïque, la ville de Carthage, la plus terrible ennemie de Rome.


Dernière édition par Anthonyuss le Sam 18 Déc 2010 - 17:52, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eretik
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 26
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 22/08/2010

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Lun 27 Sep 2010 - 19:27

Hannibal n'a pas eu a un moment ou un autre lors de sa campagne d'Italie l'occasion de détruire Rome ? Il me semble que si, mais je manque d'informations à ce sujet. Auquel cas ce serait un manque important de clairvoyance de sa part.

Mais ton exposé est concis et intéressant, j'ai appris beaucoup de choses que je ne connaissais pas, notamment sur les campagnes annexes à celles d'Hannibal. J'ai dégoté un ouvrage sur celui-ci, histoire de combler mes lacunes antiques. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Lun 27 Sep 2010 - 22:16

Citation :
Hannibal n'a pas eu a un moment ou un autre lors de sa campagne d'Italie l'occasion de détruire Rome ?

Je pense que non. Après la bataille de Cannes, c'est déjà beaucoup si il parvient à rassembler 30 000 hommes valides, et les alliés italiens de Rome ne se sont pas soulevés. Je dirais donc que la capitale romaine était bien difficile à prendre. La brilliance tactique et la formidable chevauchée d'Hannibal nous font oublier certains faits : arrivé en Italie, le général a déjà perdu au moins la moitié de ses hommes (d'autres sources indiquent même un pourcentage nettement plus important). Et à force de combler les vides par des mercenaires de tout genre, il a fini par avoir une armée assez hétérogène.

Enfin, il a eu son lot d'échec : Zama bien sur, mais aussi la perte de tout le sud de l'italie contre Marcellus et Fabius maximus.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Barca
Prêteur
avatar

Nombre de messages : 584
Age : 28
Date d'inscription : 09/01/2010

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mar 28 Sep 2010 - 5:52

Tite-Live raconte qu'il est parti d'Espagne avec 100 000 hommes et qu'il est arrivé en Italie avec 25,000. Une attrition peu étonnante vu l'immensité à parcourir, la lenteur de la progression, et les obstacles naturels de premier ordre qu'ils devaient franchir (Pyrénées, Rhône, Alpes). Les pertes s'échelonnent dès lors entre maladies et surtout désertions, les espagnols rentrant au pays. A partir de l'Italie il va devoir compter sur des alliés gaulois locaux et des renforts de plus en plus incertains.

Hannibal avait une opportunité de prendre Rome. Il n'a en effet pas battu l'armée romaine à Cannes, il l'a annihilé. Il ne reste plus rien d'autres de cette armée que des fuyards dispersés. Le fait est que Hannibal pouvait lancer Maharbal vers Rome qui y serait arrivé avant même la nouvelle de la défaite. La ville aurait alors peut-être résisté, le siège aurait alors peut-être été long faute d'engins de siège, mais ca m'étonnerait que les cités italiennes se seraient bougées pour défendre leur oppresseur (en l'occurence Rome).

Donc oui une opportunité, mais il faut rappeler que le but d'Hannibal n'était PAS la destruction de Rome mais la destruction de la PUISSANCE de Rome. Il voulait rendre à Carthage ce qui lui appartenait et dans cette optique voulait soulever et libérer les cités italiennes pour que isolée Rome n'ai plus qu'à parlementer à ses conditions. C'est ce qu'il tenta de faire après Cannes, mais si habile politicien était-il, les cités italiennes se montrèrent dans leur majorité fidèle à Rome, et ce contre beaucoup d'attentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mar 28 Sep 2010 - 8:05

Je ne suis pas aussi pessimiste que toi quant à la faiblesse de Rome après Cannes. L'Italie a alors une démographie qui est un avantage certain par rapport à Carthage, et les alliés italiens ont dans l'ensemble continué à aidé Rome (en dehors de quelques unes mais pas parmi les cités immédiatement proche de la capitale).

Il faut savoir que chaque année, l'armée romaine lève et maintient 20 légions environ durant la seconde guerre punique. Et pour donner un exemple de sa capacité de mobilisation, en - 225, on compte près de 700 000 mobilisables à Rome, dont 210 000 seront effectivement mobilisés.

Surtout, l'historien Delbruck a souligné que l'armée punique était elle même affaiblie et aurait probablement subi un échec devant Rome qui aurait rendu courage aux Romains, alors dans ce cas, autant ne rien faire et attendre la paix. La seule chose qui aurait pu provoquer une défaite décisive de Rome aurait été une arrivée assez importante de renforts à ce moment précis, mais cela ne s'est pas produit.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Barca
Prêteur
avatar

Nombre de messages : 584
Age : 28
Date d'inscription : 09/01/2010

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mar 28 Sep 2010 - 8:47

On pourra longuement discuter de l'opportunité qu'avait alors Hannibal, mais il est une chose que l'on ne peut discuter : ce fut là sa meilleure chance, et sa seule d'emporter la ville et avec la guerre. D'abord nous sommes obligés d'extrapoler puisque Hannibal n'a pas tenté et que cela n'a jamais été son but. Son armée après Cannes est fatiguée. Mais l'armée romaine qu'il avait devant lui n'existe plus et les autres armées romaines sont en Espagne ou leur situation n'est encore ni encourageante ni décourageante. Les cités italiennes ont déjà soutenus un lourd tribut dans cette guerre et je doute très fort qu'elles auraient aidées Rome dans une éventualité de siège prolongé. Je dis éventualité, car Rome était alors quasiment dégarnie de garnison et que pour résister à l'épreuve d'un assaillant elle aurait du armer ses concitoyens. Les murs de la Rome de l'époque ne sont pas extrêmement impressionnants (en comparaison à ceux de Carthage, de Constantinople ou ceux qu'elle aura plus tard). Même sans engins de siège perfectionnés Hannibal aurait peut-être pu prendre la ville, mais au prix d'un dernier lourd effort. Et je en pense pas que les cités italiennes, qui avaient été défaites par 3 fois aux cotés de Rome, seraient venus aider une ville presque sans espoir alors même qu'Hannibal leur proposait la liberté. Le tour de force de Rome après Cannes, c'est qu'elle a réussi à garder la loyauté de ses alliés et le tribut qu'ils lui devaient car elle avait encore les moyens coercitifs d'appuyer ses demandes. Rome existait encore et pouvait encore menacer toute cité qui menaçait de défection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mar 28 Sep 2010 - 9:04

Justement, c'est bien ce que je dis : dès lors que Rome a su garder ses alliés, hannibal ne pouvait pas marcher sur Rome. Le plan d'Hannibal dépend beaucoup de l'attitude des "locaux", d'ailleurs ce n'est pas un hasard si après Cannes, il se déporte au sud de l'italie, c'est juste que cela correspond à l'implantation des villes qui passent dans son camp.

Donc Hannibal ne pouvait, pour prendre Rome, qu'espérer un soulèvement des alliés proches de la ville. Ce soulèvement n'a pas eu lieu et les alliés sont restées fidèles à Rome, donc il ne pouvait de toute façon pas prendre Rome.

La variable italienne est importante car 60 % de l'armée romaine est composée d'alliés. Donc, effectivement si ils (les alliés du latium et des régions environnantes) n'étaient pas restés fidèles à Rome, celle-ci aurait fort bien pu tombée, mais ils le sont restés, formant de fait un glacis protecteur autour de la ville. Et à partir de l'année suivant Cannes, les Romains maintiennent en permanence 100 000 hommes dans leur armée ! Comme quoi, ils ont encore des ressources. Et face au 25 000 - 30 000 hommes d'Hannibal, cela ne garanti pas la victoire en cas de bataille rangée, en revanche cela peut aisément le neutraliser si ces armées sont bien utilisée comme le feront Marcellus et Maximus. Il suffit de voir comment Hannibal a relativement piétiné dans certaines régions du sud et se dire que le latium était beaucoup plus solide pour comprendre la difficulté de la tache. Si les Romains ont résisté, c'est aussi qu'ils savaient qu'ils pouvaient le faire. Quant aux alliés romains, si ils avaient vraiment eu l'envie de rallier Hannibal, ils l'auraient fait. Donc, de deux choses l'une :
- Soit ils étaient réellement attachés à Rome, et donc ils n'auraient pas changé de camp de toutes les façons.
- Soit ils ont fait le calcul rationnel que Rome, aidée par eux, allaient tenir, et dans ce cas, j'estime leur calcul bon.

Citation :
elle aurait du armer ses concitoyens.

Ben oui, c'est ce qu'elle a fait ! Après Cannes, avant Cannes, Avant Trasimène etc. A l'époque, on lève des légions avec la population romaine et italienne disponibles. C'est la conscription. Après celle-ci devient plus large suite à Cannes, mais le principe reste le même.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Barca
Prêteur
avatar

Nombre de messages : 584
Age : 28
Date d'inscription : 09/01/2010

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mar 28 Sep 2010 - 10:11

Je parlais d'armer ses concitoyens dans un sens un peu plus dramatique. Tout le monde monte sur les murs, même les plus infirmes, les plus riches, les réformés.

Ta thèse est convaincante dans la mesure ou tu défends ce qui s'est passé. Mais je ne parle justement pas d'une guerre prolongée ou Rome aurait pu lever ses légions, imposer ses alliés et former une résistance. Je parle d'un moment ou en 4 jours Hannibal aurait pu arriver à Rome, ou ses cavaliers l'auraient peut-être précédés de deux. Je parle d'un moment ou Rome n'a plus le temps ni l'autorité pour lever des armées pour sa protection. A ce moment les cités italiennes seraient davantage rester dans l'expectative plutôt que basculer dans l'un ou l'autre des camps, surtout quand l'un parait si invincible et l'autre presque au bord du précipice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mar 28 Sep 2010 - 15:27

Hum, je vois mal comment certains de ces alliés peuvent faire l'économie d'une décision, dans ce cas. Pour atteindre Rome, Hannibal doit de toutes les façons traverser les territoires alliés de Rome. Et ceux-ci doivent donc faire un choix. Et je pense que pour les régions environnant Rome, le choix le plus logique était de toutes les façons de résister.

Je te cite Yann le bohec :
"Malgré le désastre, il ne nous parait pas vraisemblable que, en 216, Rome ait été sur le point de tombée."

" Rome pouvait tenir : elle avait les moyens psychologiques, financiers et démographiques de sa politique."

Et le fait que les Romains n'aient pas vraiment hésité à poursuivre la guerre m'incite à croire que c'est vrai. Quant aux alliés italiens de Rome, leur attitude n'est pas due au hasard non plus. Seules les villes du sud, loin de Rome, s'en sont détachées. Elles croyaient probablement pouvoir constituer un contre-pouvoir en italie. Comment expliquer que les villes autour de Rome soit restées dans son giron ? Peut-être que la vue de Rome, grande ville méditerranéenne, entourée de la muraille servienne, toujours peuplée et surtout résolue restait plus formidable qu'une armée de Hannibal fatiguée et finalement assez réduite ( à ce point-là, on n'est pas très loin de l'armée de Pyrrhus - toujours à court d'homme- en terme d'effectif).
Revenir en haut Aller en bas
Wissemaster
Censeur
avatar

Nombre de messages : 2576
Age : 21
Localisation : Carthage
Date d'inscription : 28/12/2009

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mar 28 Sep 2010 - 16:21

Il ne pouvait la prendre jamais à aucun moment,car de un le seul moment ou il pouvait la prendre c'etait durant une periode allant de la bataille de cannes jusqu'à 3 mois plus tard,mais probleme ses hommes etait fatigué et en avait marre soit il continuait et prenait un risque de revolte soit il s'arrete et voyait rome mourrir à ptit feu,et ben non rome à des hommes volontaire qui veulent reprendre leur terres,il n'avait aucun moyen certains de reussir sauf un ou il allait morflé grave,aussi à l'epoque rome n'est pas encore une grande ville peut etre une ville aussi grande que la capitale etrusque,car sa grandeur viendra apres la fin de carthage
aussi antho,l'espagne c'ets jamais rebellé il avait juste le sud apres la premiere donc hamilcar decida d'attaquer l'espagne pour les reserve de metaux,aussi le serment d'hannibal etait impossible sauf surement meme à ses 15 ans un peu avant la mort de son pere quand rome obligea carthage à rester au sud de l'elbe se qui agaça hamilcar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mar 28 Sep 2010 - 16:35

Rome n'est pas encore la géante au millions d'habitants à l'époque mais elle est déjà une ville de grande taille.

Sinon, le plan d'Hannibal n'a rien d'illogique : se concentrer et asphyxier Rome en encerclant la zone. Dans quel but ? Reposer ses hommes et attendre des renforts (ou peut-être même une demande de paix romaine). C'est que au même moment, il y a des manoeuvres à Carthage pour permettre l'envoi de troupes supplémentaires en Italie. Seul problème : il n'y aura pas de renforts très significatifs, et au final, Hannibal n'a d'autre choix que de marcher vers le sud pour se constituer un Etat avc les cités rebelles et peut-être tendre la main à l'Afrique du nord. Mais comme les renforts (qu'ils viennent d'italie ou des autres territoires carthaginois) se révéleront toujours décevant.

Pour moi, la situation est claire : Hannibal, pour avoir une chance franche de succès, aurait dû avoir des renforts. Sinon, il était condamné à l'épuisement sans cesse plus important de ses propres réserves, déjà limitées. Et toi, (hannibal barca) tu pars du postulat qu'une attaque éclair sur Rome aurait réglé tout ça. Moi, je pense au contraire, que cela aurait été encore une campagne piège, et Hannibal aura épuisé encore plus de ses troupes mais sans résultats significatifs. Les Romains et leurs alliés avaient toujours des armées, et plutôt que de les gaspiller dans des batailles rangées, ils se seraient montrer prudents, en les retranchant tout en envoyant des troupes limitées harceler l'ennemi.

Je pense que dès le soir de Cannes, la première phase de la guerre, celle d'Hannibal triomphant, est terminée. Désormais, il n'y aura plus que des campagnes au couteau entre des Romains tenaces mais prudents, avec le temps en leur faveur, et des Carthaginois épuisés et hésitants. Et je pense qu'une campagne vers Rome aurait débouché sur une situation de ce type (avec un taux d'attrition plus élevée) plutôt qu'un nouveau triomphe d'Hannibal.
Revenir en haut Aller en bas
asterix
Prêteur
avatar

Nombre de messages : 592
Age : 53
Localisation : dans un village d'irréductibles...
Date d'inscription : 01/12/2009

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mar 28 Sep 2010 - 16:57

belle présentation des guerres puniques.

Quand à Hannibal, cela me rappelle certaines choses dites dans le film qui lui est consacré.
"Hannibal, tu sais comment gagner une bataille, mais pas la guerre" lui dit un de ses généraux.
Il est un brillant tacticien, exploitant ses forces au maximum et cherchant les points faibles adverses. Ses victoires sur les romains en sont un exemple. Mais il n'arrive pas à exploiter ses victoires. Là, je voudrais relativiser.
Hannibal mène une guerre de campagne où il cherche à vaincre son adversaire en ras campagne pour affaiblir les forces romaines et les démoraliser. Probablement face à un autre adversaire, cette stratégie aurait pu être payante mais il a en face de lui Rome, ses habitants et ses alliés. Un des traits de caractère des romains est leur pugnacité, leur orgueil. Un élément qu'Hannibal n'a pas pris suffisamment en compte.
Malgré des défaites, Rome continue toujours à résister, à lever et former des légions.
Hannibal aurait du chercher à prendre Rome ? Avec le recul, on dirait que oui mais en avait il les moyens et surtout pouvait il la prendre très rapidement. Car, tant qu'il est mobile et combat en campagne, on ne sait pas le prendre dans un piège. Par contre, s'il doit assiéger une ville importante pendant de longs mois, il risque de voir arriver de toutes part des armées alliées levées venues secourir Rome et se retrouver lui-même encerclé.
Avec l'état de son armée, voulant garder sa mobilité, comptant sur la démoralisation romaine et l'abandon de ses alliés, Hannibal fait le choix de ne pas assiéger Rome.
Quand aux villes italiennes, si Hannibal parait invincible, il est malgré tout venu faire la guerre sur le sol italien. Il leur propose de se libérer de Rome, mais quelles garanties ont elles, les villes italiennes qu'Hannibal va tenir ses promesses ? Ne va t il se retourner sur elles après l'écroulement de Rome ? De plus, ces villes ont plus de choses en commun entre-elles et avec Rome qu'avec Carthage.
En définitive, on voit qu'elles n'abandonnent pas Rome qui refuse d'abdiquer, et que son courage fait front à l'invincibilité carthaginoise.

Un élément important est l'attitude des responsables carthaginois. Tant qu'Hannibal est sur le sol italien, est victorieux, on est satisfait. Mais quand il demande des renforts conséquents, on les lui refuse. Dans l'optique d'une guerre pour détruire Rome, les dirigeants de Carthage ne semblent pas enclin à suivre cette orientation.
Je me demande même s'ils n'auraient pas signés une simple trêve après la campagne d'Hannibal sans rien demander de plus envers Rome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wissemaster
Censeur
avatar

Nombre de messages : 2576
Age : 21
Localisation : Carthage
Date d'inscription : 28/12/2009

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mer 29 Sep 2010 - 13:06

ça à rien avoir avec la demande ou victoire c'est surtout que Hanno heritier de hannide deteste hanibbal heritié des barcides car c'est son rivale politique et donc hanno qui dirige le senat va bloquer seule l'or barcide va envoyer une armée intercepter et detruites
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celtiktom
Censeur
avatar

Nombre de messages : 3260
Age : 23
Localisation : partout où ça emmerde les autres,grâce à EurocardMastercard
Date d'inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mer 29 Sep 2010 - 17:56

Hum, est-ce que la traduction exact de Cunctator ne serait pas plutôt "temporisateur" que "retardataire"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthonyuss
Consul
avatar

Nombre de messages : 1746
Age : 26
Localisation : Hispanie.
Date d'inscription : 03/02/2010

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mer 29 Sep 2010 - 19:15

En effet, je vais corriger ça ! Oeildelinx va !

Merci pour vos commentaires ! Smile


Dernière édition par Anthonyuss le Lun 11 Oct 2010 - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
{Ior el}
Censeur
avatar

Nombre de messages : 3955
Age : 25
Localisation : En Isère
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Mer 29 Sep 2010 - 21:15

Je crois que l'un des devoirs fondamental de celui qui étudie un personnage historique et son épopée est de le considéré comme un être humain, avec des sentiments, une personnalité changeante et qui s'adapte à son environnement plutôt que d'y voir qu'une machine vivante, programmé consciemment ou non pour accomplir un acte ou une série d'acte.
Hannibal Barca est membre du genre humain, par ce fait, ses pensés, ses ressentis et ses opinions sont grandement influencé par des évènement extérieur ou intérieur. Si je voulais employé un néologisme que j'ai créé (parce qu'il faut bien s'occuper), je dirais qu'ils sont Intra et Extragoniste.
Pensez vous qu'en vingt ans qu'a duré son aventure, sa psychologie n'est pas évolué ? Croyez vous qu'après toute ces années, sa pensé vis à vis de Rome et des peuple Italien, de la guerre même et de son utilité ou concept fut la même qu'au commencement ? Ce que vous vivez dans les livres d'histoire en quelques secondes, lui et ses contemporain l'ont vécu en plusieurs jour, semaine ou années.
Je recommande que l'on prenne en compte ceci. C'est purement nécessaire pour comprendre correctement l'histoire de cette homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eretik
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 82
Age : 26
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 22/08/2010

MessageSujet: Re: Les guerres puniques   Jeu 30 Sep 2010 - 18:17

En fait après une courte documentation, il semble qu'il lui eut réellement été possible de prendre Rome militairement. Mais prendre Rome lui aurait coûté plus que ce qu'il n'avait, et un coup de bluff aurait sans doute été nécessaire, puisqu'on lui refusait les moyens attendus.
On remarquera notamment que détruire la puissance de Rome n'était envisageable qu'à condition de détruire la ville (ce qu'on fait les romains avec Carthage), et qu'un traité n'aurait pas été suffisant pour la mettre hors d'état de nuire de façon permanente. Donc si son but n'était pas l'annihilation de l'ennemi romain, mais juste la restauration de l'empire ultramarin de Carthage, il en avait les moyens. Par une marche rapide et efficace sur Rome dès après la bataille de Canne, il aurait forcé les dirigeants romains à envisager une trêve (mais cela repose alors sur un coup de force de sa part, et peut-être celui-ci n'a-t-il pas voulu jouer avec le feu). En effet après une opération audacieuse de ce type (où il aurait traversé les territoires des alliés de Rome sans vraiment d'encombres puisque ceux ci auraient été pris sur le fait, et immédiatement occupés), sa position s'en serait trouvé renforcée, politiquement comme militairement. Carthage aurait ainsi pu débloquer la situation en sa faveur, sans toutefois avoir pris Rome, et uniquement sur un coup de force.
Cette situation aurait toutefois eu le désavantage de voir Hannibal échouer (sans doute) en cas de refus de négociations par le Sénat romain, ou par refus du Sénat carthaginois d'envoyer du soutien, et n'est valable qu'en cas d'opérations de courte durée.

Ce dont j'ai du mal à douter par contre, c'est de la défection des alliés de Rome en cas de coup de force majeur d'Hannibal, à condition d'un soutien marqué montré par sa métropole à son encontre dans un temps relativement court.

Mais je suis d'accord, cela fait beaucoup de suppositions pour un maigre résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les guerres puniques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les guerres puniques
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guerres Puniques : Armée Carthaginoise d'Espagne
» Desperta Ferro
» Carthage et les Puniques
» [Biblio] Histoire de l'entre deux guerres
» Atlas des guerres d'Indochine (Autrement)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Grande Bibliothèque :: Documents historiques-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit